En bref,
    • Nos technologies dépassent nos capacités biologiques
    • La condition humaine ne s’en trouve pas améliorée mais perturbée
    • Vers un retour en grace de l’humain ?

    Le digital a envahi nos vies, comme la bouffe après guerre avait envahie nos placards. Et en bons êtres humains que nous sommes, nous avons fait de la nécessité de combler nos besoins une boulimie d’addictions. C’est ainsi que 10 ans après l’introduction des premiers smartphones on voit apparaitre des changements de comportements et les contrecoups qui vont avec : digital detox ou digital wellbeing. Alors si le tout digital semble trouver ses limites, le face à face, à “l’ancienne” opérerait il un retour en force ? Petit détour par nos 5 sens et nos nouveaux capteurs technologiques.

    Biologie dépassée par la technologie ?

    Nous vivons une époque “formidable”. Aux limites imposées par notre condition humaine, nous tentons sans cesse de trouver des moyens de les dépasser. Depuis le feu de Prométhée jusqu’à Space X et son projet d’atterrir sur Mars. Mais serions nous paradoxalement arriver à notre propre limite, dépassés par nos créations technolgiques qui ne viennent plus améliorer notre condition mais en renforcer les mauvais traits ?

    Une chose reste certaine, nous sommes fait de chair et d’os et à moins qu’on trouve un moyen de modifier, d’upgrader cela, nos meilleurs “capteurs” sont encore nos 5 sens et force est de constater que ces derniers sont rapidement saturés par nos nouveaux compagnons technologiques (infobesité, addiction à la dopamine sécréetée par l’usage de nos smartphones).

    Si la recherche et développement en terme d’humanité avait pris quelques milliers d’années, dans le laboratoire de mère nature, la sillicon valley tente de rattraper le retard. Mais pour quoi faire ?

    Nous augmenter nous prédisent les experts et les entreprises qui y travaillent ? Pourquoi faire ? Personne n’y répond pour le moment… mais certains s’en inquiètent comme Elon Musk et une centaine d’autres experts qui demandent à empêcher l’usage de certaines technologies avant que la boite de Pandore ne soit ouverte.

    Alors que certains s’inquiètent d’autres n’apportent aucune réponse.

    Alors, intelligence artificielle, robots, … mais la conscience et l’âme humaine ? Certains clament que cela ne se produira jamais, quand d’autres en sont moins surs… (voir le tedx sur l’âme artificielle).

    Les objets resteront-ils inanimés et auront ils une âme comme en parlait Lamartine ? (petit clin d’oeil humoristique merci à raymond devos)

    La “condition humaine” ne se laissera pas mettre en boîte et ce que cela veut dire pour le commerce

    Objets animés qui auraient une âme ou non, la “condition humaine” ne se laissera pas mettre en boîte. Alors que les machines nous rendent ou non esclaves ou qu’elles nous libèrent du dur labeur de notre condition humaine, il y aura toujours de la place pour l’homme et une place de plus en plus importante nous le pensons, comme de vieilles platines de 33 tours qui reprennent de la valeur avec l’arrivée du mp3. 

    C’est Henri Ford lui même, qui a pourtant mécaniser la production de voiture en bon Tayloriste qui parlait de la valeur ajoutée d’une entreprise qui n’était ni plus ni moins que ses hommes et ses femmes. Chers lecteurs PDG, vous voilà avertis. Et de vous rappeller que ces hommes et ces femmes sont mûs par les trois instincts du vivant : se nourrir, communiquer, se reproduire, et que cela s’impose nécessairement à vos entreprises. Les humains ne sont pas seulement une ressource selon nous, mais la force vive d’une entreprise. Et vous aurez besoin d’eux pour que cette dernière communique et survive (se reproduise) dans le temps.

    La valeur ajoutée de nos vies comme de nos entreprises se sont les relations humaines 

    L’humain est la valeur ajoutée de nos vies et de nos entreprises
    Cet instinct est celui aux commandes de nos génétiques et de l’espèce humaine depuis qu’elle est ce qu’elle est. Alors quand bien même demain la technologie interviendra de plus en plus dans nos vies, son but premier sera l’humain, enfin nous l’espérons. Alors, avant que d’être transformés en humanoïdes et de recruter des robots, ce qui pourrait arriver assez vite, investissez en vous, dans vos forces vives, insufflez leur les savoirs, les savoirs faire, les savoir être et les savoirs dire pour développez vos affaires, par l’Homme et pour l’Homme.

    Nous croyons en tout cas chez Marketing Face à Face que le commerce a toujours été et est un moyen de s’épanouir, de se développer, de se rencontrer, sans se massacrer (les premiers échanges commerciaux ont mis fin aux razzias et ont “pacifié” les relations humaines). Comme l’indiquait le vieux terme biblique “avoir commerce avec quelqu’un” qui saisissait la “condition humaine” avec ses bons et ses mauvais côtés. C’est ce sur quoi nous travaillons avec nos clients, notre raison d’être et nous espérons qu’elle sera partagée pour le bien de l’humanité. Si vous aussi vous pensez que le commerce passe avant tout par l’homme et que vous vous rendez sur des salons, des congrès ou des activités de réseautage, rencontrons nous, on a peut-être quelques trucs pour vous aider à faire mieux.

    A Propos de l’auteur, Ruben

    Consultant – Formateur – Entraineur

    Et si vous remettiez ce que vous pensiez des salons en perspective ? Impertinence, bousculade, vos rencontres professionnelles vont enfin prendre de la hauteur.